Revue de réflexion politique et religieuse.

En librairie : numéro courant

Numéro 154 : Guerre liturgique ou guerre de survie ?

La question de la succession du pape François est posée depuis son hospitalisation en juin de l’année passée. Il avait déjà lui-même évoqué la possibilité de se retirer, et fait allusion à la préparation d’un règlement sur le statut inédit d’un éméritat papal, sans toutefois être plus précis sur ses propres intentions. Le journaliste Marco Politi présentait ainsi récemment cette situation : « Le paradoxe des manœuvres de pré-conclave, qui se développent toujours lorsqu’un pontife atteint un âge avancé, est que les opposants à François savent qu’ils ne pourront probablement pas compter sur un pur conservateur, tandis que les réformistes savent qu’il n’y aura pas place pour un François II[1]. » C’est sur ce fond événementiel qu’il paraît nécessaire de comprendre certains faits, méthodes et manœuvres en vue d’un avenir qui se fait prochain et qui mobilise au plus haut point tous ceux qui ont placé leur espoir de transformation radicale de l’Église en Jorge Mario Bergoglio, et ce dernier lui-même dans l’efficacité de ses efforts pour atteindre le même but.

Accéder au sommaire | Parcourir des extraits | Achat du numéro, s'abonner

La revue en ligne

30 Avr 2022

Philippe de Labriolle : La fin de la Chrétienté, de Chantal Delsol

Après dix ans d’une thèse d’État rédigée sous l’égide de Julien Freund – Tyrannie, dictature, despotisme : problèmes de la monocratie dans l’Antiquité –, Chantal Delsol a infléchi sa passion spéculative vers la pensée de la cité contemporaine, dans la lignée d’Hannah Arendt[1]. Elle en partage la dénonciation des systèmes totalitaires, et le goût des synthèses, sans en égaler la pertinence. Sa façon de tendre à la vérité et simultanément d’en redouter le prestige conduit cette « libérale-conservatrice », et s’affirmant telle, à trouver à l’agnosticisme relatif un charme inattendu, fauteur d’une sécurité bien incertaine.

Ayant reçu une éducation catholique dans le sérail favorisé du lyonnais, cette observatrice de nos semblables et de leurs tropismes sera un soutien fidèle pour des choix de société cruciaux tels que le refus du mariage pour tous, ou la dénonciation de l’effondrement général du niveau scolaire. Sous l’influence d’un père biologiste et maurrassien, elle agrée le cadre religieux de sa formation, redoute les prométhéens, mais revendique une démiurgie d’esprit affranchi. (suite…)

4 Avr 2022

Louis-Marie Lamotte : Église et modernité. Les interprétations paradoxales de George Weigel

Remettre en cause les idées reçues sur la rencontre difficile entre l’Église catholique et la modernité : tel est le but que se propose l’essayiste catholique américain George Weigel dans L’ironie du catholicisme moderne[1]. L’auteur n’entend pas y livrer un récit exhaustif des rapports entre l’Église et le monde moderne, mais déplacer le regard porté sur des relations trop souvent envisagées comme une lutte à mort ou un jeu à somme nulle. La thèse fondamentale de l’auteur est que la modernité a aidé l’Église à redécouvrir des vérités fondamentales longtemps oubliées ou négligées (p. 18). L’histoire du catholicisme postrévolutionnaire est donc pour G. Weigel celle d’une prise de conscience progressive par l’Église de sa véritable mission, qui ne consiste pas à combattre la modernité, mais à la convertir de l’intérieur. Après une période de lutte frontale entre le catholicisme et le monde moderne issu des Lumières et de la Révolution, le pontificat de Léon XIII ouvre une première tentative d’ « exploration parfois sceptique, parfois intriguée de la modernité » que l’auteur désigne comme une véritable « révolution léonine » (p. 99-100). (suite…)

4 Avr 2022

Guy Hermet : L’invention d’un mythe

En fait un peu antérieur à l’étude de Rafael Sánchez Saus[1], portant également sur le  mythe de l’Andalousie musulmane comme modèle de cohabitation heureuse entre l’islam, le catholicisme et le judaïsme dans un territoire de souveraineté musulmane, l’ouvrage de Serafín Fanjul[2] le complète opportunément. Il s’agit de même d’un livre « politiquement incorrect », à contre-courant de la tendance de nos jours dominante consistant à célébrer ce qui n’est pourtant qu’un mythe démenti par le gros de la littérature historique sur le sujet. Membre de l’Académie royale d’histoire espagnole et professeur de littérature arabe à l’Université autonome de Madrid, Serafin Fanjul s’érige donc contre le travestissement de la longue période de domination musulmane de l’Espagne. Période qui s’étend de l’agression arabo-berbère fulgurante des années 711-754  à la disparition du Royaume de Grenade en 1492, en passant par le moment triomphal du califat de Cordoue (929-1031), présentée comme règne supposé d’une Arcadie illustrée par la cohabitation harmonieuse et pacifique des trois cultures arabo-musulmane, catholique et juive. Pour l’auteur en revanche, « Le bon sauvage n’a jamais existé, pas plus en al-Andalus qu’ailleurs. Ce que l’Islam a perdu n’est en rien un paradis originel » (p. 669). (suite…)

4 Avr 2022

Jean-Pierre Ferrier : Islam, entre imaginaire et réalité

Comment peut-on aujourd’hui oser  écrire un livre  sur l’islamisme et ses rapports avec l’islam sans encourir les violentes critiques de la classe bien-pensante ?  C’est un véritable spécialiste de l’islamologie,  Marie-Thérèse Urvoy, qui s’y est attaqué, en collaboration avec Dominique Urvoy, comme souvent, dans Islam et islamisme[1]. La première et principale difficulté est la définition de ces deux termes, qui est essentielle et ne peut être neutre. À reprendre quelques ouvrages et  articles de ces cinquante dernières années, on comprend vite comment la définition retenue détermine le contenu ou, inversement, comment la conception qu’on se fait de l’islam et de l’islamisme prédéfinit leur contenu. Pour sa part, Marie-Thérèse Urvoy a choisi d’y voir deux frères. Le sous-titre heureux de son livre court et très dense est lui-même source de difficultés ou de questions ; la religion de l’islam  est-elle complétée, dédoublée, contrariée ou menacée dans son existence même par cet islamisme qui fait peur ?

Avec prudence, l’auteur a adopté une stratégie progressive ;  sans la contester,  elle part de la filiation possible de la prophétie de Mahomet (on gardera la graphie traditionnelle en France) en un duo fraternel, et  donc de la distinction apparue au XIXe siècle pour tenter de différencier, dans ce que l’on englobait jusqu’alors dans « l’islam » ce qui est vraiment religieux et ce qui est vraiment social ou politique. (suite…)

tous les billets...