Revue de réflexion politique et religieuse.

Archives classées par auteurs

L’euthanasie, la lâcheté et le courage par Joël Hautebert

Au sujet du livre de Götz Aly, Les anormaux. Les meurtres par euthanasie en Allemagne (1938-1945), Flammarion, octobre 2014, 310 p., 22 €.

Rubrique(s) : Numéro 127

Gaëlle Demelemestre : Les deux souverainetés et leur destin. Le tournant Bodin-Althusius par Joël Hautebert

A propos du livre de Gaëlle Demelemestre, Les deux souverainetés et leur destin. Le tournant Bodin-Althusius, Cerf, août 2011, 280 p., 27 €.

Rubrique(s) : Bibliographies n. 114

La genèse théologico-politique de l’État moderne par Joël Hautebert

A propos de la controverse entre Jacques Ier d’Angleterre et saint Robert Bellarmin. « La lecture des arguments des deux camps fait clairement apparaître que la controverse touche aux définitions mêmes de religion et d’Etat. La modernité politique prend bien naissance au tournant du XVIe et du XVIIe siècle. Et c’est pourquoi la notion, elle-même controversée, de théologie politique prend tout son sens. En effet, la doctrine de Jacques Ier s’enracine dans l’Ecriture sainte et la vie de l’Eglise primitive, y compris sous le règne de Constantin, pour tirer des conséquences politiques au profit de la puissance étatique. »

Rubrique(s) : Articles

Critiques inachevées par Joël Hautebert

L’Age du renoncement de Chantal Delsol : justes constats, analyse arrêtée à mi-course.

Rubrique(s) : Numéro 113

Lecture : Le totalitarisme et la modernité par Joël Hautebert

L’historien François Furet avait bien raison de dire que la Première Guerre mondiale a joué au XXe siècle le même rôle matriciel que la révolution française pour le XIXe siècle. Après la destruction de l’ordre ancien, « une seule modernité survivait durant la Grande Guerre, une modernité dont la puissance s’amplifia même énormément : la modernité des armes, de l’organisation, de la discipline et du contrôle de l’Etat sur la vie de l’individu ». Analyse des ouvrages d’Emilio Gentile, L’apocalypse de la modernité, Aubier, janvier 2011, 415 p., 26 € ; de Philippe de Lara (dir.), Naissances du totalitarisme, Cerf, mai 2011, 254 p., 20 € ; et Fabrice Bouthillon, Nazisme et révolution – Histoire théologique du national-socialisme, 1789-1989, Fayard, janvier 2011, 329 p, 19,90 €.

Rubrique(s) : Numéro 113

Conservatisme et libéralisme, relire Burke par Joël Hautebert

L’esprit du conservatisme d’Edmund Burke et, à travers lui, du conservatisme en général est non pas de s’opposer de front à la révolution, mais d’imposer à ses effets une lenteur d’application.

Rubrique(s) : Numéro 111

Jean-Marc Trigeaud : Personne, Droit, existence par Joël Hautebert

A propos du livre de Jean-Marc Trigeaud, Personne, Droit, existence, Editions Bière, Bordeaux, décembre 2009, 33 €.

Rubrique(s) : Bibliographies n. 110

Lecture : Le communautarisme serait-il antilibéral ? par Joël Hautebert

Analyse du livre de François Huguenin, Résister au libéralisme. Les penseurs de la communauté, CNRS éditions, 2009.

Rubrique(s) : Numéro 107