Revue de réflexion politique et religieuse.

Xavier Masson : Une voix dominicaine dans la cité

Article publié le 6 Jan 2010 | imprimer ce texte imprimer ce texte

A propos du livre de Xavier Masson, Une voix dominicaine dans la cité. Le comportement exemplaire du chrétien dans l’Italie du Trecento d’après le recueil des sermons de Nicoluccio di Ascoli, PUR, coll. Histoire, Rennes, mars 2009, 22 €.

Chercheur associé à l’Université de Caen,  X. Masson s’intéresse à un dominicain du XIVe siècle, auteur personnel d’un recueil de cent dix-neuf sermons, largement diffusé en Europe (soixante-seize copies) comme une sorte de guide destiné aux frères prêcheurs. Il serait souhaitable de posséder une traduction de cet ensemble, dont le présent livre fait connaître en détail la structure et le contenu et éclaire du fait même sur la culture religieuse et, acces-soirement, profane de l’auteur et des prédicateurs de son temps. On regrette le style général de ce gros travail universitaire, pénible à lire à cause de son genre juxtalinéaire et de sa neutralité extrêmement descriptive, sans compter de trop nombreuses répétitions. Il reste une bonne introduction pratique à la culture chrétienne médiévale, dont tout indique qu’elle alliait orthodoxie doctrinale, piété équilibrée, formation biblique et connaissances scientifiques et techniques, en particulier en matière de santé.
Un chapitre présente ce que X. Masson appelle « la cité idéale », autrement dit les règles s’imposant pour faire des commu-nautés politiques des espaces de justice, de paix et de charité (l’époque en avait bien besoin). On y retrouve toute la pondération de la politique thomiste qui fait de la prospérité non le but unique de la vie, mais le fruit de l’unité, de la justice, de la force, de la prudence et de la sagesse des gouvernants.

-->