Revue de réflexion politique et religieuse.

Numéro 116

Date de parution : été 2012. Sommaire du numéro, présentation des bibliographies et des lectures.

Numéro 116 : Logique des compromis par Bernard Dumont

La recherche du compromis entre l’Eglise et les pouvoirs établis a été érigée en principe depuis cinquante ans. Elle recueille aujourd’hui des fruits amers. Les tentatives théoriques qui cherchent à surmonter la difficulté sans remettre en cause l’option initiale se perdent en vaines abstractions.

Rubrique(s) : En librairie, Numéros en cours, Numéro 116

L’option catholique libérale par Christophe Réveillard

Le thème de l’Eglise libre dans l’Etat libre, lancé au XIXe siècle par Cavour et Montalembert, a abouti au fur et à mesure de sa mise en oeuvre à la privatisation du catholicisme ou/et à sa récupération comme force d’appoint de l’ordre laïciste.

Rubrique(s) : Numéro 116

L’illusion américaniste par John Rao

La « recette américaine », souvent présentée comme un modèle de relations équilibrées entre sphères politique et religieuse, est beaucoup moins idyllique que certains l’imaginent, et l’histoire permet de comprendre pourquoi.

Rubrique(s) : Numéro 116

Un « droit naturel » postmoderne ? par Joaquin Almoguera Carreres

Entretien. Le multiculturalisme engendre l’éclatement des vérités communes à l’humanité. Un effort théorique est tenté pour recréer un droit naturel acceptable par tous, mais qui resterait quand même purement conventionnel.

Rubrique(s) : Numéro 116

Essor et déclin de l’esprit du concile en Italie par Pietro de Marco

L’esprit du concile est un « paradigme extérieur » qui s’est construit dans les médias et dans certains relais d’opinion comme l’Institut des sciences religieuses de Bologne. Il se perpétue mais s’enlise tandis que dans le peuple italien subsiste un fond religieux sur lequel il n’a jamais eu de prise réelle.

Rubrique(s) : Numéro 116

Guerres sans nom par Teodoro Klitsche de la Grange

Le moyen le plus efficace pour réduire une volonté adverse est d’empêcher cette adversité de s’exprimer, autrement dit de convaincre son ennemi qu’il n’existe ni inimitié ni acte d’hostilité.

Rubrique(s) : Numéro 116

De Lépante à Vienne par Claudio Finzi

Les victoires de Lépante (1571) et de Vienne (1683) face aux musulmans ont marqué durablement l’histoire de l’Europe et de la chrétienté. Etude comparée de deux ouvrages italiens récemment parus qui leur sont consacrés.

Rubrique(s) : Numéro 116

Les devoirs du prince selon Richelieu par Pierre Poinsot

Opportune réédition d’un texte en contraste très fort avec l’effondrement contemporain de la dignité de la politique et de ses acteurs.

Rubrique(s) : Numéro 116

La messe et le sacré par Père Jean-Paul Maisonneuve

« Si le catholicisme romain du milieu du vingtième siècle avait eu le sens vivant et la connaissance savoureuse de la messe du rite latin, il ne se serait certainement pas hasardé à la supplanter par une forme mi-arbitraire, mi-savante, imposée d’autorité et sans douceur à l’ensemble de la catholicité latine ».

Rubrique(s) : Numéro 116

Colloque : Sur le bien commun par Bernard Dumont

Autour d’une journée d’étude organisée par la Fondation Elias de Tejada (Madrid).

Rubrique(s) : Numéro 116

Exposition : Armée, célébration et culpabilité par Jacques Bonnet

« En définitive, on ressort de cette exposition avec l’impression que la France et au premier chef son armée, n’ont rien apporté que violences et catastrophes à un pays dès l’origine dressé contre elle. Quelle pauvre vision de ce qui a été aussi une histoire d’amour ! »

Rubrique(s) : Numéro 116

Récits d’un pèlerin cévenol par Jacques Henry

« Moins que le visage d’un bâtisseur de monastères ou de cathédrales, il présente largement aujourd’hui le visage d’un refus, celui de toutes les solutions de facilité qui conduisent à admettre qu’au moins un iota pourrait passer avant que tout ne soit accompli : c’est à la fois sa faiblesse et sa grandeur. En fermant L’autre soleil, on ne peut s’empêcher de regretter qu’Olivier Clément n’ait pas effectué le dernier pas, qui n’est pas le plus facile, mais qui lui aurait permis de le rejoindre. »

Rubrique(s) : Numéro 116

Le non-art fait main basse sur les églises par Kostas Mavrakis

« L’unanimité dans les institutions qui ont présidé à la substitution du non-art à l’art, est révélatrice d’un mal qui atteint la légitimation de l’ordre établi. La démocratie et le pluralisme ont déserté une société où l’on n’entend qu’un seul son de cloche. La faille ainsi apparue dans l’hégémonie idéologique des dominants est, certes, presque imperceptible pour la plupart des observateurs qui se soucient fort peu du destin de l’art et de la civilisation. L’oligarchie ferait bien pourtant de la surveiller car on ne peut en prédire l’évolution. »

Rubrique(s) : Numéro 116