Revue de réflexion politique et religieuse.

Dominique Urvoy : Religions en rencontre

Article publié le 9 Déc 2014 | imprimer imprimer  | Partager :  Partager sur Facebook Partager sur Linkedin Partager sur Google+

A propos de Dominique Urvoy, Religions en rencontre, Éditions de Paris, coll. Studia Arabica, Versailles, 2013, 554 p., 34 €.

« Présenter des univers religieux en confrontation » : tel est, selon l’auteur lui-même, le sujet commun à vingt-trois études, ici réunies. Mais la diversité en est tout aussi importante et, au moins une fois, l’intérêt est un peu déplacé, puisqu’il s’agit non de religions qui se rencontrent, mais plutôt de la rencontre de l’auteur avec une religion, sur « ses terres » proches de Toulouse : au XIXe siècle, on eût parlé plutôt d’utopie à propos de ces « Amis de l’Homme », qui ne sont pas sans rappeler les « Philadelphes » de Pecqueur (rationalisme en moins) et tous les groupes post-saint-simoniens qui échouèrent un peu partout dans le monde. « Au moins une fois », avons-nous écrit : justement l’exception peut être étendue à une étude consacrée à « l’action anti-religieuse des saint-simoniens », à propos d’un livre rarissime et anonyme ; encore pourrait-on dire que ces saint-simoniens se voulaient religieux quand ils luttaient contre les Eglises établies et contre l’islam qu’ils avaient rencontré en Orient et en Algérie. Deux autres articles consacrés à des aspects historiques et locaux du protestantisme n’ont qu’un rapport ténu ou indirect avec l’idée de rencontre. Mais il s’agit, pour nous, de montrer la multiplicité des sujets traités et non de critiquer un choix de toute façon difficile parmi les très nombreuses contributions à la connaissance des religions, de l’islam, du monde arabe, plus largement : de l’homme, que le philosophe, sociologue, islamologue, etc. a offertes à nombre de revues et d’éditeurs pendant plus de quarante ans de recherches et d’enseignements. La bibliographie de Dominique Urvoy, en 2011, comportait déjà quinze grandes pages dans les Mélanges qui lui étaient offerts ; et il ne s’est pas arrêté depuis, tant s’en faut. Malgré ces remarques préliminaires, l’essentiel de l’ouvrage concerne bien les rencontres, souvent conflictuelles, surtout de l’islam – avec le christianisme, avec les religions et les textes bibliques, avec les religions païennes et pré-islamiques –, mais aussi du christianisme – avec les Indiens d’Amérique, par exemple. Avantage, mais peut-être inconvénient pour certains, amateurs de théories générales, l’auteur ne tire aucune conclusion de cette juxtaposition de données souvent passionnantes. Sa préface est juste une mise en bouche ; à chacun, ensuite, de faire son menu à sa guise, en choisissant dans un buffet somptueux (mais on peut en garder pour le lendemain !). Regrettons seulement que la numérotation des études retenue dans l’introduction ne réapparaisse ni dans le texte, ni dans les tables. Les personnages hauts en couleurs intellectuelles ne manquent pas : de Raymond Lulle, auquel Dominique Urvoy a consacré mainte étude, à fr. Bernardino de Sahagun qui connut et comprit si bien les Amérindiens, sans oublier le poète arménien du Xe siècle Grégoire de Narek. Autant dire qu’on ne s’ennuie pas en si bonnes compagnies et que si toutes ces études ne reflètent qu’une partie de la science de leur auteur, elles donnent envie d’en savoir plus. Faute d’autre référence, en cherchant sur Internet, on peut deviner que nos Témoins de Jéhovah écologistes de Gascogne, les « Amis de l’Homme », ont connu une nouvelle scission et que leur extension géographique semble très limitée. Quant aux questions relatives à l’islam, elles restent d’actualité, même lorsqu’elles remontent à la conquête et à l’occupation de l’Espagne (mais la dernière étude, la plus récente, traite de « Islam et bioéthique »), preuve d’une admirable rigidité doctrinale ou d’une regrettable incapacité à se remettre en cause et s’adapter. Mais pour aller plus loin, les autres ouvrages de l’auteur (par exemple son Histoire de la pensée arabe et islamique, ou La Mésentente, récemment chroniquée) sont heureusement encore disponibles.

-->