Revue de réflexion politique et religieuse.

In Memoriam : † Thomas Molnar, 20 juillet 2010

Article publié le 9 Août 2010 | imprimer ce texte imprimer ce texte

Collaborateur dès les premiers numéros de Catholica, Thomas Molnar était très diminué physiquement depuis plusieurs années, au point d’être empêché d’écrire. Nous reviendrons en détail, au cours des mois qui viennent, sur la personnalité et l’œuvre de ce grand analyste de l’Occident contemporain, à la fois philosophe, historien et sociologue

couv108

Collaborateur dès les premiers numéros de Catholica, Thomas Molnar était très diminué physiquement depuis plusieurs années, au point d’être empêché d’écrire. Nous reviendrons en détail, au cours des mois qui viennent, sur la personnalité et l’œuvre de ce grand analyste de l’Occident contemporain, à la fois philosophe, historien et sociologue. Peut-être avant tout disciple de Bernanos, dont il avait connu l’œuvre au temps de sa jeunesse, ce catholique hongrois exilé aux Etats-Unis se considérait par l’esprit et le cœur comme un Français. Il avait appris la langue française dès son enfance en Transylvanie, puis en Belgique. Classé « à droite » par les uns, « à gauche » par d’autres, il eut l’art de mettre mal à l’aise plus d’un des intellectuels « utopiens » qu’il supportait fort mal et se plaisait à provoquer en mettant en évidence leurs contradictions et leur fréquente insincérité. Un dossier spécial qui lui est consacré vient d’être ouvert.

-->