Revue de réflexion politique et religieuse.

Exposition. Religion goodplanétaire ?

Article publié le 1 Juil 2018 | imprimer ce texte imprimer ce texte

Notre planète et sa sauvegarde sont devenues l’objet d’un souci majeur. On en parle beaucoup. Les puissants de ce monde organisent des sommets. Les humbles sont invités à économiser l’eau quand ils se brossent les dents. Le paisible voyageur est poursuivi jusque dans les médiocres hôtels des provinces les plus reculées : « Pensez à […]

Notre planète et sa sauvegarde sont devenues l’objet d’un souci majeur. On en parle beaucoup. Les puissants de ce monde organisent des sommets. Les humbles sont invités à économiser l’eau quand ils se brossent les dents. Le paisible voyageur est poursuivi jusque dans les médiocres hôtels des provinces les plus reculées : « Pensez à éteindre la lumière. Ne lavez pas trop souvent vos serviettes de bain. Merci pour la planète. » Du président américain aux incrédules qui trient leurs ordures sans y mettre l’enthousiasme souhaité, même les moins impliqués n’osent pas remettre en question l’importance de la cause. Ils se bornent à garder leurs distances vis-à-vis des diagnostics couramment admis.
Derrière cela, un esprit concret soupçonnera l’existence d’intérêts politiques et économiques qu’il n’aura pas de peine à identifier. Mais n’y aurait-il pas davantage ? Derrière cet engouement pour la planète, ne peut-on pas deviner quelque chose comme un succédané de religion ? Nous voudrions approfondir ici cette idée, qui n’est pas particulièrement originale, et l’illustrer à travers l’étude d’un cas particulier, celui de la fondation GoodPlanet.

-->