Rubriques

Numéro  73 (Automne 2001)  :  sommaire

 

Archives

Index auteurs

Liste des thèmes

Sommaire par dates

Recherche avancée

 

accueil sommaires Numéro 73


La crise de l'autorité dans l'Église   Claude BARTHE

L'organisation de l'Eglise subit une mue profonde, dans la mesure où elle est attirée par le modèle politique des sociétés démocratiques. Dans ce cadre, l'autorité tend à se présenter non plus comme ministère de l'unité de foi mais comme administration de sa diversité.


Excursus : Le Kosovo et la suite américaine   A. BASBOUS & T. GARCIN & V. LOUPAN & B. WICHT

La disparité est frappante entre la course au contrôle de la planète de la part des dirigeants américains (guerre du Kosovo) et la vulnérabilité de cette superpuissance (attentats du 11 septembre).


Le franchouillard et le cosmopolicier   Jean SAROCCHI

De petits esprits, promus à la surface publique par les remous de la médiocrité, se complaisent à souiller la pensée de la patrie en fouillant dans ses poubelles ...


Entretien : Tradition et modernité   Marc DE LAUNAY & Éric WERNER

Jean-Pierre Sironneau fournissait, dans le précédent numéro de cette revue, ses " Réflexions et questions " à propos du livre du philosophe italien récemment traduit (Editions des Syrtes, mars 2001, 149 F). Comme nous l'avions annoncé, nous poursuivons ici la publication d'autres réactions sur le même ouvrage, sous la forme, cette fois-ci, d'un entretien avec Marc de Launay, chercheur au CNRS et spécialiste de la philosophie allemande (Archives Husserl de Paris) et Eric Werner, essayiste déjà bien connu de nos lecteurs.


Dossier - Autour de la crise moderniste : Introduction   Claude BARTHE

Le développement de l'une des crises intellectuelles les plus lourdes de conséquences qui se soient déclarées au sein du catholicisme a provoqué une intense réflexion sur les moyens de la dépasser. Nous évoquons ici celle de Joseph Malègue et celle de Maurice Blondel. Ce sont deux explorations distinctes, qui ont cependant pour point commun de se placer sur le terrain même de l'offensive moderniste. Blondel et Malègue ont d'ailleurs connu leurs œuvres respectives et celle du second a, jusqu'à un certain point, inspiré le premier. Qu'on ne pense pas que ce soit faire de la muséographie théologique que de s'intéresser à ces débats : la problématique blondélienne, reprise et développée par les tenants de ce que l'on a appelé la " nouvelle théologie ", avec tous ses attraits antiscolastiques, est devenue l'un des instruments majeurs du retournement théologico-magistériel de Vatican II.


Blondel parmi nous   Florent GABORIAU

Si une lecture attentive de Blondel révèle un grand dynamisme spirituel refusant de dissocier la pensée et la vie, son œuvre témoigne cependant d'une dérive méthodologique de l'Action vers un ersatz de l'existant.


Testis, ou Blondel en politique   Bernard DUMONT

Lecture d'"Une alliance contre nature" : Catholicisme et intégrisme, de Blondel. Une étonnante polémique qui, au-delà d'une analyse sérieuse des lacunes de la position antimoderne, révèle une pensée politique très imprécise.


Joseph Malègue et le " roman d'idées " dans la crise moderniste   Claude BARTHE

Présentation historique de Joseph Malègue (1876-1940) et de son roman pascalien, Augustin ou le maître est là.


Augustin ou le Maître est là    Agathe CHEPY

La souffrance aide à faire jaillir la charité, elle prépare le cœur à la conversion. C'est un des messages délivrés dans l'Augustin de Joseph Malègue, incarné par deux figures féminines.


Islam : une présence problématique   Bernard DUMONT

Même s'il faut soigneusement distinguer entre le système religieux et les personnes qui de bonne foi le pratiquent, toute illusion cultivée envers la religion mahométane est gravement irresponsable.


Propositions pour un renouveau du chant liturgique   Marcel PÉRÈS & Jacques CHEYRONNAUD

Bonnes feuilles. La recherche musicologique et la formation au chant liturgique sont aujourd'hui une entreprise urgente, qui dépend pour une grande part de volontés épiscopales jusqu'à ce jour défaillantes.


Hors-normes : Le silence de Dieu    Rafael GAMBRA & Rémi SOULIÉ & Alberto WAGNER DE REYNA

Entretien autour du dernier ouvrage de l'auteur espagnol qui se réfère aux œuvres de Saint-Exupéry : " Vivre, c'est se livrer aux choses et aux personnes, et les entraîner d'une certaine manière dans notre propre substance spirituelle. " Deux lectures du livre complètent ce tableau. Rafael Gambra Ciudad est un philosophe catholique espagnol largement ouvert à la culture française, avec laquelle il a pris un contact vivant à partir de ses séjours parisiens dans les années cinquante. Attiré par Camus et Saint-Exupéry, il eut des relations privilégiées notamment avec Gustave Thibon et avec Jean-Jacques Chevalier, son collègue de la Faculté de droit du Panthéon, lui-même étant professeur de philosophie du droit à l'Université de Madrid. Appartenant à la même école de pensée que d'autres grands juristes espagnols (F. Elías de Tejada, Álvaro d'Ors, J. Vallet de Goytisolo), il s'en distingue par le fait d'élargir ses perspectives au-delà du domaine juridique pur. Un beau livre d'hommages lui a été consacré par ses anciens élèves, sous la direction de Miguel Ayuso — "Comunidad humana y tradición política", Actas, Madrid 1998 —, où est montrée l'inséparabilité de ces deux approches chez Rafael Gambra. L'un de ses livres va paraître prochainement en traduction française à l'Age d'Homme, intitulé "Le Silence de Dieu". A cette occasion, nous avons posé quelques questions à son auteur. A ses réponses succéderont deux lectures distinctes de son livre.


Essai sur la fin d'une civilisation   Marcel DE CORTE

Bonnes feuilles. L'homme moderne est soumis à une désincarnation accentuée. Pour l'ouvrir à la grâce, le christianisme lui fait redécouvrir sa nature. Le philosophe liégeois Marcel De Corte (1905-1994) fait partie de ces auteurs plus ou moins ostracisés de leur vivant, mais qu'il faudra bien relire si nous voulons comprendre notre temps, dans la mesure où ils en ont entrevu les grandes inspirations avec une rare clairvoyance. L'Essai sur la fin d'une civilisation, qui reparaît en cet automne 2001 aux éditions Rémi Perrin, et dont nous donnons ici quelques bonnes feuilles extraites de la conclusion, l'illustre de façon d'autant plus remarquable qu'il a été publié pour la première fois il y a plus d'un demi-siècle, en 1949.


Promouvoir une pensée dissidente   Alberto BUELA

Face à une pensée officielle aseptisée et désenchantée, une attitude de dissidence s'impose, intellectuelle (par une réappropriation de la philosophie classique) et pratique (ascèse quotidienne). Philosophe de formation, spécialiste de philosophie grecque, l'Argentin Alberto Buela a été l'instigateur, avec plusieurs amis, d'une revue intitulée Disenso, dont la parution, volontairement limitée dans le temps, avait pour objectif d'encourager la naissance d'un courant latino-américain de dissidence intellectuelle. Pour ne pas perdre le fruit de cette première initiative, Alberto Buela a réuni l'ensemble de ses articles dans un livre intitulé Ensayos de Disenso. Son ambition est de brosser un tableau synthétique de la situation du monde actuel, avec des applications au cas particulier de l'Amérique latine, dans une ligne générale clairement hostile à la pensée dominante. Certaines analyses de l'hégémonie techniciste et économiciste datent, par la force des choses, et appelleraient une mise à jour mais la leçon générale reste à méditer. Dans un chapitre intitulé " Qu'est-ce que la métapolitique ? ", il met dos à dos " gramscisme de droite " et attitude contemplative " piétiste " et invite au retour actualisé à la philosophie politique classique. Il nous apporte lui-même quelques précisions sur sa démarche.


Bibliographies (voir plus)...   


Lectures (voir plus)...   

retourner à la liste des numéros

 

Retour accueil site archive - Copyright © catholica 2010