Rubriques

Numéro  60 (Eté 1998)  :  sommaire

 

Archives

Index auteurs

Liste des thèmes

Sommaire par dates

Recherche avancée

 

accueil sommaires Numéro 60


La base et le jardin   Bernard DUMONT

Savoir s'isoler de la pression extérieure est la première forme de résistance au conformisme. Mais on ne peut en rester là.


Entretien : L'alignement intérieur   Richard HOGGART & François BRUNE

Le principal ressort du nivellement relativiste est l'autocensure. Les modèles uniformes, par médias interposés, ne conditionnent plus l'individu, ils le constituent. Professeur de littérature anglaise contemporaine à l'Université de Birmingham, Richard Hoggart s'est déjà fait connaître en France par la traduction de certains de ses ouvrages, notamment " La culture du pauvre. Etudes sur le style de vie des classes populaires en Angleterre ". Il vient de publier aux Etats-Unis un livre dont le titre est déjà tout un programme : " The Tyranny of Relativism. Culture and Politics in Contemporary English Society ".


Le " moindre mal ", utilitarisme des dévots   Claude BARTHE

C'est en faisant fallacieusement passer pour acquise la théorie du " moindre mal " qu'on s'apprête à légitimer toutes les compromissions exigées par l'esprit du temps.


Miroirs européens : La fin de l'utopie démocrate-chrétienne, leçons italiennes   Pietro Giuseppe GRASSO

En Italie, la Démocratie chrétienne avait prétendu faire prévaloir une vision transcendante de la politique en faisant alliance avec le libéralisme. Elle y a perdu son honneur, puis son existence.


La grande méprise   Bernard DUMONT

A propos du livre de Jean de Viguerie "Les deux patries".


Allemagne : l'introuvable " révolution conservatrice "    Stéphen DE PETIVILLE

Günter Maschke, critique d'un mythe.


Histoire religieuse contemporaine : Les hommes de La Pensée catholique   Paul AIRIAU

Dans les années cinquante, en France, réapparaît un catholicisme intransigeant de la génération antimoderniste dont la publication de "La Pensée catholique" est une des premières manifestations. Sous cette rubrique d'Histoire religieuse contemporaine, nous avons l'intention de continuer à publier des contributions à propos des groupes, mouvements, événements, personnalités, qui ont façonné le catholicisme contemporain, en suite d'articles précédents dans cette visée : Jacques Benoist, " Vatican II selon Mgr Veuillot " (n. 56, été 1997), Yvon Tranvouez, " Catholicisme intransigeant et progressisme chrétien " (n. 53, automne 1996), Luc Perrin, " Les paroisses parisiennes à l'époque du Concile " (entretien, n. 52, été 1996), Claude Barthe, " Aux origines du Concile : la défaite du "parti romain" " (n. 8, juin 1988). Aussi modeste que soit le projet, les sensibilités diverses des auteurs, historiens de métier ou non, ne peuvent qu'aider à l'enrichissement réciproque des analyses portant sur une époque et sur des sujets dont il est encore difficile de parler de sang-froid. Paul Airiau, agrégé d'histoire, chargé de la rédaction de la revue Résurrection, parle ici des têtes pensantes du " catholicisme intégral " français des années cinquante, avec leurs capacités et faiblesses. Ces personnalités peu connues sont cependant intéressantes à considérer et comprendre : lorsque le pouvoir de la Curie de Pie XII sera balayé par les événements de la première session de Vatican II, ce sont ces hommes, ou d'autres de leur entourage, un milieu marginalisé activement et passivement, avec toute la dépréciation qui résulte de fait de cette situation, qui vont prendre en charge l'opposition au mouvement conciliaire.


Excursus : La démocratie comme fiction.   Gilles MIGNOT & Christophe BOUTIN & Guy HERMET

La nouvelle définition procédurale de la démocratie recouvre une crise profonde des fondements théoriques du régime représentatif. Le défaussement des organes issus du suffrage universel sur les " experts " (notamment juridiques), tels que le Conseil constitutionnel, et l'invocation toute rhétorique d'une " démocratie du public " en sont deux des aspects les plus visibles.


Le consensus arbitraire   Henri-Pierre JEUDY

L'autolégitimation des formes actuelles de pouvoir n'est pas loin de celle qui caractérise les pouvoirs totalitaires.


Entretien : Mondialisme et développement   Philippe ENGELHARD

A l'origine de l'échec des politiques de coopération en Afrique : le dogmatisme universaliste occidental, et le mimétisme des élites locales. Economiste et philosophe, Philippe Engelhard travaille au Sénégal dans une ONG dépendant de l'ONU. Son expérience de l'action occidentale en Afrique l'a amené à synthétiser ses réflexions dans "L'homme mondial" (Arléa, 1996). Ce livre constitue une critique de fond des politiques de coopération qui ont trop souvent tendance à plaquer des modèles abstraits. Philippe Engelhard ne se limite cependant pas au constat, son objectif étant de remonter aux racines de cette tendance qu'il trouve dans le caractère envahissant de l'universalisme moderne, seul à même d'expliquer un tel acharnement à vouloir " cloner " le modèle occidental démocratique et libéral.


Nation, patrie, planète   Thomas MOLNAR

Pourquoi la globalisation en cours a intérêt à affaiblir l'Etat-nation. Bernanos disait que la modernité est une conspiration contre l'âme. Ajoutons qu'il y a également dans l'esprit moderne une conspiration contre l'âme de la Cité que nous pouvons identifier avec l'Etat, ce principe d'organisation et de hiérarchie au cœur de la chose politique.


L'héritage global   Alexandra VIATTEAU

Un même principe animait les révolutions de 1789 et de 1917 qui fut aussi à l'origine du libéralisme matérialiste et du marxisme. Ce texte constitue un large extrait d'un cours présenté dans le cadre de l'Université des Jagellons de Cracovie (été 1998).


Anatomie du totalitarisme   Miguel AYUSO TORRES

Document. Le totalitarisme est une forme politique nouvelle, propre à la modernité, que les notions traditionnelles de tyrannie, absolutisme, autoritarisme, dictature, etc., ne recouvrent pas.


Bibliographies (voir plus)...   

retourner à la liste des numéros

 

Retour accueil site archive - Copyright © catholica 2010