Rubriques

Numéro  52 (Eté 1996)  :  sommaire

 

Archives

Index auteurs

Liste des thèmes

Sommaire par dates

Recherche avancée

 

accueil sommaires Numéro 52


Les mains nues   Bernard DUMONT

La question des rapports entre religion et société a été résolue par les catholiques de l'époque post-révolutionnaire d'une manière souvent confuse et chaotique. Les impasses actuelles devraient stimuler les esprits.


Entretien : Les paroisses parisiennes à l'époque du Concile   Luc PERRIN

Luc Perrin, historien né en 1958, maître de conférence (histoire de l'Eglise) à la faculté de théologie catholique de l'Université de Strasbourg II, s'est signalé par des publications comme " L'Affaire Lefebvre ", " Au service de la mission : Robert Frossard ". Il participe à la monumentale "Histoire de Vatican II" éditée par G. Alberigo (premier volume à paraître aux éditions du Cerf à la rentrée). Le prochain fascicule du dictionnaire " Catholicisme " contiendra son article sur " Traditionalisme catholique ". Luc Perrin a présenté en 1994 une thèse de doctorat à l'Université de Paris-Sorbonne, sous la direction de Jean-Marie Mayeur, "Les paroisses parisiennes et le Concile Vatican II (1959-1968)", et c'est sur ce dernier thème que nous l'avons interrogé.


La normalisation irlandaise   Bernard DUMONT

Les Français sont invités à s'intéresser à l'île de saint Patrick dans le cadre d'une série de manifestations culturelles organisées par les gouvernements des deux pays, du mois de mars au mois d'août de cette année, nommées " L'imaginaire irlandais ", sur une idée lancée par le nouveau président de l'Irlande Mary Robinson lors de sa visite à Paris en 1992. Ce soudain regain d'intérêt officiel pour l'Irlande provient du fait que cette nation sympathique n'a plus la singularité d'antan, son " retard " de maturité morale — entendez la non acceptation de la vulgate relativiste exigée par le libéralisme dominant — étant désormais comblé au profit d'un alignement non feint sur la loi commune des démocraties européennes, sur l'ordre moral " globaliste ".


Histoire contemporaine et philosophie : Augusto Del Noce, interprète de Giovanni Gentile   Lorenzo RAMELLA

Face à l'irrationalité qui semble caractériser l'histoire contemporaine et accompagner la dérive de l'Occident dans l'inertie de la distraction, la philosophie d'Augusto Del Noce se présente comme un bastion de l'intelligibilité de cette même histoire, puisqu'elle s'efforce d'y trouver une rationalité intime et s'emploie à fournir les moyens d'empêcher le crépuscule qu'on lui promet de diverses parts. Dans la perspective ainsi ouverte, l'interprétation de la philosophie de Giovanni Gentile, telle qu'elle a été parfaitement condensée dans l'ouvrage posthume intitulé " Giovanni Gentile ", publié en Italie en 1990, représente une étape d'exceptionnelle importance pour comprendre les événements historiques du XXe siècle. L'objet du présent travail est de montrer le sens et le déroulement de la reconstruction de la pensée de Gentile que Del Noce a opérée dans le but de tirer les conséquences historico-politiques de l'actualisme à partir de son aspect strictement théorique.


Une discussion autour de " L'irréligion occidentale " d'Augusto Del Noce   Pierre MANENT & Paul YONNET & Philippe BAILLET

Une réunion a eu lieu à Paris dans le cadre des excursus de Catholica, au cours de la soirée du 6 mars dernier, avec pour objet de discuter autour du livre d'Augusto Del Noce, publié à la fin de l'année dernière aux éditions Fac, sous le titre de " L'irréligion occidentale ". A cette rencontre ont notamment pris part Pierre Manent, Paul Yonnet, Emile Poulat et le traducteur de l'ouvrage, Philippe Baillet. Faute de place, nous ne donnons ici que la critique développée par Pierre Manent, et quelques-unes des réactions qu'elle a suscitées. Nous nous réservons de publier ultérieurement les interventions de Paul Yonnet et d'Emile Poulat, axées notamment sur la jonction entre chrétiens et marxistes.


Questions complémentaires sur quelques non-dits de la pensée moderne   Xavier MARTIN

La pensée politique moderne est fondée essentiellement sur la revendication de la liberté (qu'il s'agisse du libéralisme ou du marxisme, puisque celui-ci cherche à arracher l'homme du royaume de la nécessité pour le faire accéder, précisément, au royaume de la liberté). Or cette revendication de liberté s'est accompagnée, assez étonnamment au premier abord, de la profession de conceptions réductionnistes de la nature humaine. Xavier Martin, professeur de philosophie du droit à l'Université d'Angers, a notamment publié " Nature humaine et révolution française : du siècle des Lumières au Code Napoléon ". Il a bien voulu donner une réponse écrite aux quelques questions que nous lui avons posées à ce sujet.


S'aligner ne suffit pas, encore faut-il le faire dans les formes requises   Martin WALSER

Un pamphlet sur la police de la pensée dans la nouvelle Allemagne. Texte communiqué par l'auteur et traduit avec l'aimable autorisation de l'éditeur, extrait de " Über freie und unfreie Rede " [Au sujet du discours libre et de celui qui ne l'est pas], Edition Isele, Eggingen, s.d. Martin Walser est romancier. Avec d'autres écrivains allemands, autrichiens et suisses, il a été à l'origine du Groupe 47 dont l'objectif était après guerre de renouveler la littérature. Son dernier roman " Finks Krieg " ([La guerre de Fink], Suhrkamp, 1996) traite de la froideur d'un monde politique dominé par le machiavélisme et l'utilitarisme partitocratique.


Entretien : L'engrenage concurrentiel   Vincent de GAULEJAC & Philippe THUREAU-DANGIN

L'entreprise comme substitut de la communauté politique est un échec dont le coût humain est élevé. Rédacteur en chef de " Courrier International ", Philippe Thureau-Dangin est aussi l'auteur de " La concurrence et la mort " , un essai dans lequel il étudie l'extension du modèle du marché et de la concurrence à tous les secteurs de la vie sociale, recherche, culte, art. Vincent de Gaulejac, que nous avions déjà interrogé à l'occasion de la sortie de son livre " Le coût de l'excellence " (" L'entreprise-totalité ", Catholica, n. 41, décembre 1993, pp. 8-14), a publié également " La lutte des places " et, en collaboration avec Alain Bron, "La gourmandise du tapir" (Desclée de Brouwer, 1995), dans lequel est abordé l'échec de ce mythe de l'entreprise à travers l'exemple de l'industrie informatique, le grand fantasme des années 80.


Wittgenstein, la grammaire et la poésie   Thomas MOLNAR

D'une génération à l'autre, sur les campus universitaires des Etats-Unis, on voit jeunes filles et garçons traîner de gros volumes : ce sont les manuels contenant tout ce qu'il faut savoir sur tel ou tel sujet. Parmi ces manuels figurent souvent des ouvrages de philosophie, un lourd Heidegger ou un non moins lourd Wittgenstein, c'est-à-dire exactement ceux qu'un jeune étudiant sans aucune préparation ne devrait pas toucher jusqu'à l'acquisition de connaissances plus amples et surtout de sérieux fondements philosophiques.


Vie de l'Eglise : La monnaie (liturgique) unique   Claude BARTHE

Le bouleversement de la liturgie commencé à la fin des années soixante s'achève dans une sorte de globalisme en matière d'expression du spirituel.


Les nouveaux prêtres   Claude BARTHE

La revendication " progressiste " ne se satisfait pas d'une cote mal taillée. Dans ce domaine comme dans tous les autres, elle se résume en ceci : il faut sortir du milieu du gué et entrer franchement dans la conception nouvelle


Provinciales   Hugues DUCHAMP

Mgr Jean Bonfils, qui est un prélat tout à fait représentatif de la physionomie majoritaire de l'épiscopat français actuel, a publié à l'occasion des fêtes de Pâques une lettre pastorale portant sur les questions morales


Commentaires : De la dissidence à la démocratie ?   Stéphen DE PETIVILLE

Les 24 et 25 mars 1996 s'est réuni à Paris un colloque pour honorer la mémoire de Vladimir Maximov, avec pour titre " De la dissidence à la démocratie ". Nous en avons profité pour aller interroger Leonid Plioutch qui a prolongé pour nous quelques-uns des thèmes abordés lors de son intervention.


Lectures (voir plus)...   


Bibliographies (voir plus)...   


Correspondance : La vie, un paradoxe ?   Francis KAPLAN & Pierre LOUDOT

On se souvient que le P. Pierre Loudot avait longuement recensé dans notre numéro 50 (pp. 59-71) un livre intitulé " Le paradoxe de la vie ". Son auteur, Francis Kaplan, nous a fait un certain nombre de remarques que nous publions. Aux objections émises par le Pr Kaplan, l'auteur de l'article en cause a souhaité en retour apporter des réponses.


Un inédit de Martin Heidegger   Florent GABORIAU

Une allusion ayant été faite dans notre dernier numéro (Catholica, n. 51, p. 99) à une allocution du philosophe prononcée à l'occasion de la première messe de son neveu Heinrich Heidegger, à Meßkirch, le 6 juin 1952, nous publions cet inédit en traduction, à partir de la cassette remise à Florent Gaboriau par un des témoins

retourner à la liste des numéros

 

Retour accueil site archive - Copyright © catholica 2010