Rubriques

Numéro  51 (Printemps 1996)  :  sommaire

 

Archives

Index auteurs

Liste des thèmes

Sommaire par dates

Recherche avancée

 

accueil sommaires Numéro 51


Les cinq jours de Palerme   Bernard DUMONT

Le rassemblement ecclésial italien du mois de novembre 1995 aura été d'une importance considérable pour vider de toute réalité l'idée d'une christianisation de la démocratie, mais il se conclut en ne définissant aucune réponse significative pour l'avenir.


Entretien : La préparation du prochain conclave   Giancarlo ZIZOLA

A Rome, plutôt que de discuter selon des stéréotypes qui ne sont plus actuels à propos des papabili, on cherche à fonder un véritable débat sur le programme . Giancarlo Zizola, journaliste, éditorialiste à " Il sole 24 ore ", est considéré comme l'un des meilleurs vaticanistes. Sa collaboration à " L'Actualité religieuse " montre clairement sa sensibilité. Elu au comité directeur de l'Union catholique de la presse italienne, il préside sa section la plus importante, celle de Rome. Plusieurs de ses ouvrages ont été publiés en France : " L'homme du 7e jour ", " L'utopie du pape Jean XXIII ", " Dialogue de la Grande Muraille ". Nous avions rendu compte de son dernier livre, " Le Successeur ", qui met en pleine lumière les discussions romaines sur la préparation du prochain pontificat, et plus généralement les prospectives concernant l'avenir de l'Eglise, ouvrage qui est lui-même une contribution voulue comme telle à ces discussions. La publication de la constitution " Universi Dominici Gregis ", qui aménage certaines dispositions pratiques du conclave, va d'ailleurs dans le sens d'un élargissement des consultations préalables des cardinaux électeurs.


Le dernier projet   Claude BARTHE

Le texte que nous présentons ici, qui fait partie des archives publiques de Vatican II et de sa préparation, est resté jusqu'à présent généralement ignoré. Peut-être la manière souvent idéologique dont est traitée l'histoire conciliaire a-t-elle contribué à son ensevelissement. Entre l'annonce du Concile, le 15 janvier 1959, et son ouverture, le 11 octobre 1962, une intense activité s'est déroulée au sein de douze commissions et de trois secrétariats chargés de préparer les textes qui seraient discutés par les évêques. L'élaboration des documents dogmatiques sur l'Eglise, le dépôt de la foi, les sources de la révélation, la morale sociale et individuelle, fut confiée à la Commission théologique présidée par le cardinal Alfredo Ottaviani, qui dirigeait alors le Saint-Office. Il s'agissait des constitutions destinées à former l'épine dorsale de l'assemblée en préparation. Nous publions donc le chapitre 9 du De Ecclesia préparé par la Commission de théologie, en juin 1962, la dernière, et certainement la meilleure synthèse de la doctrine catholique sur les rapports de l'Eglise et de l'Etat jusqu'au Concile.


La République irréelle   Patrick LAUDE

Augustin Cochin (1876-1916), longtemps ostracisé en tant que " contre-révolutionnaire ", a peu à peu été redécouvert comme l'un des analystes les plus attentifs du système politique moderne. Catholique, hostile à la franc-maçonnerie, mais orléaniste et libéral, il a cherché à dépasser la thèse du complot lancée par l'abbé Barruel pour rendre raison du processus de la Révolution de 1789. Pour cela il a pris appui sur la méthode sociologique que venait d'introduire Emile Durkheim, en cherchant à en éliminer le déterminisme. Sa thèse principale est que la démocratie moderne est née d'une prise de pouvoir d'un genre radicalement nouveau, caractérisé par une dualité entre la réalité des rapports politiques et la fantasmagorie de leur représentation sociale, dualité rendue possible et durable par le mécanisme d'entraînement sophistique extrêmement efficace des " sociétés de pensée " (salons philosophiques, clubs politiques, loges maçonniques, plus tard, partis idéologiques). Les pages qui suivent entrent dans le cadre d'une étude plus large sur les rapports entre politique et transcendance, des Jansénistes à Simone Weil. Leur auteur, Patrick Laude, normalien, enseigne actuellement à la Faculté des langues et de linguistique de l'Université de Georgetown, aux Etats-Unis.


Des valeurs et des hommes   Pierre LOUDOT

Lecture critique de trois néo-moralistes fort en vogue dans les médias européens : André Comte-Sponville, Fernando Savater, Sabino Acquaviva.


Le conformisme communionnel   Walter BRAUN

L'apport conceptuel de Wilhelm Dilthey. " Dilthey fonde souvent son argumentation sur la téléologie, non plus appuyée sur la causalité finale aristotélicienne mais sur une finalité qu'il divise en trois classes. La première est une finalité " subjective " ou " immanente ". La deuxième est " immanente " et " objective ". La troisième téléologie est une finalité " extérieure " indépendante de l'individu. On pourrait même qualifier cette troisième forme de téléologie de transcendante si la transcendance pouvait elle-même devenir immanente


Les démesures de l'esprit   Henri-Pierre JEUDY & Lucien SFEZ & Jean-Jacques WUNENBURGER & Serge LATOUCHE

Zamiatine, Orwell et la plupart des auteurs ayant imaginé le totalitarisme moderne ont insisté sur le pouvoir démiurgique des mots dans la transformation de la réalité, ou la " virtualisation " de celle-ci, c'est-à-dire non plus sa transformation, mais son éviction, son oubli ou sa subalternation au profit d'une surréalité créée par la force d'un langage ne cherchant plus à signifier les choses, mais à leur conférer leur être. Au terme d'une longue période de prométhéisme, le XXe siècle a pu un moment sembler s'achever sur une révision à la baisse des ambitions humaines. Mais ce n'est pas exactement ce qui est arrivé, en dépit de l'accumulation de contradictions nouvelles dans le système mondial, qui ne manqueront pas d'aboutir à des craquements ultérieurs. Pour l'instant, l'Occident — régi par la philosophie ou la religion de la modernité conduite à son terme — annonce la normalisation générale de la planète sous la houlette d'une super-technocratie supposée pouvoir gérer scientifiquement la complexité. Il vaut la peine de suivre avec attention les différentes formes de cette nouvelle démesure de l'esprit, surtout lorsqu'elle se traduit en art de vivre ou en programmes d'action. C'est autour de cette préoccupation qu'ont été invitées un certain nombre de personnes au cours du mois de décembre, à Paris, dans le cadre des excursus de Catholica. Parmi elles, Henri-Pierre Jeudy, Lucien Sfez, Jean-Jacques Wunenburger, Serge Latouche.


De la contre-civilisation et de ses sophistes   Thomas MOLNAR

Les penseurs classiques ayant réfléchi sur la politique (d'Aristote à Montesquieu) mesuraient les avantages et les inconvénients, les conditions de succès, les forces et les faiblesses de chaque régime (Aristote, par exemple, a traité de la monarchie, de l'aristocratie, de la république et des pendants négatifs de ces régimes : tyrannie, oligarchie et démocratie). Aujourd'hui tout ce qui n'est pas démocratie a été satanisé. Ce régime est devenu un concept religieux et intouchable, critère absolu et de plus en plus vague (démocratique est un qualificatif que l'on emploie à tout propos et dans tous les domaines). Comment expliquer le sens " métapolitique " et presque mystique qu'a pris le mot démocratie ? (Jean Renault). Bonnes feuilles d'une autobiographie intellectuelle.


Rencontres en Allemagne   Florent GABORIAU

Il y a une supplique de saint Jean dont le passé a fait trop peu de cas : " petits enfants, gardez-vous des idoles ". Martin Heidegger, Karl Rahner, et leurs dévots au quotidien.


Correspondance : Les particularités du catholicisme allemand   Karl-Hans KÖHLE

A la suite d'une rencontre avec Karl-Hans Köhle, prêtre du diocèse de Paderborn (Allemagne), en séjour au Mans, au titre des échanges fidei donum, et des questions que nous lui avions posées au sujet de la situation des catholiques de son pays, ce dernier nous a adressé les appréciations suivantes.


L'Algérie en France   Gérard CHALIAND

Auteur de " Mythes révolutionnaires du tiers monde " et de " Stratégies de la guérilla ", Gérard Chaliand a passé nombre d'années au contact direct des guerres révolutionnaires. Il vient encore de publier " Les bâtisseurs d'histoire " où il confronte le bilan actuel et les promesses originelles des mouvements dits de libération. Nous lui avons posé trois questions.


Evêques et témoignage de la vérité   Claude BARTHE

Au sujet de la déclaration la Commission sociale des évêques de France, signée par NNSS Rouet, Defois, Dufaux, Ghirard, Lacrampe et Noyer et qui a causé le formidable tintamarre que l'on sait.


Les ornières de la nouvelle laïcité   Gilles MIGNOT

Les décisions relatives aux actions des " commandos anti-IVG " montrent bien l'incapacité totale de l'ordre néo-laïque, dans sa branche juridique, à entrer dans des considérations qui, une fois encore, ne concernent que la " morale naturelle ".


Lectures (voir plus)...   


Bibliographies (voir plus)...   

retourner à la liste des numéros

 

Retour accueil site archive - Copyright © catholica 2010