Rubriques

Numéro  29 (Décembre 1991)  :  sommaire

 

Archives

Index auteurs

Liste des thèmes

Sommaire par dates

Recherche avancée

 

accueil sommaires Numéro 29


Le Synode européen face à une responsabilité historique   Bernard DUMONT

L'Etat homogène universel n'est pas encore une réalité, quelque considérables que soient les moyens mis en œuvre pour l'imposer. Tout au plus est-il une représentation utopique. Mieux vaut éviter de se laisser impressionner par des tigres de papier, de s'auto-désinformer au point d'accepter l'esclavage comme une fatalité sinon même une libération. Car si le nouveau totalitarisme est une menace certaine, sa force essentielle repose avant tout sur sa capacité d'intimidation - il n'est assuré que si celle-ci obtient son effet de reddition morale. L'Eglise est placée aujourd'hui devant un choix très clair. Continuera-t-elle, en tant qu'institution humaine, à chercher l'accommodement avec ce qui se prétend — abusivemen— le novus ordo saeculorum, comme une pratique née à la suite du concile Vatican II en a donné l'habitude, ou bien sera-t-elle le creuset d'un approfondissement prophétique, rappelant à l'endroit de la modernité tardive qu'elle ne possède le dernier mot de l'histoire dans aucun des domaines de la vie humaine ?


Le nécessaire dialogue avec le judaïsme   Claude BARTHE

L'Eglise attend le jour, connu de Dieu seul, où tous les peuples invoqueront le Seigneur d'une seule voix et le serviront sous un même joug (So 3, 9) (Nostra aetate, n. 4). Visée fondamentale dans les rapports difficiles du christianisme et du judaïsme, qui les rend nécessaires et qui en même temps explique leur difficulté. La difficulté et la nécessité sont inscrites dans le fait que le christianisme se définit par dépassement et opposition : la Nouvelle Alliance, dit le Concile, a fait de l'Eglise, " peuple messianique " par excellence, un " nouvel Israël " (Lumen gentium, n. 9).


Entretien : Les blessures de l'esprit et leurs cicatrices   Jean BRUN

Entretien avec le philosophe Jean Brun sur le post-communisme.


Augusto Del Noce et l'idée de Modernité   Danilo CASTELLANO

Les penseurs authentiques ne tiennent rien pour acquis. Au contraire, ils problématisent tout, à commencer par les lieux communs proposés par la culture idéologique et diffusés par ceux qui se décernent souvent le nom de philosophes uniquement parce que, par fonctions, ils s'occupent de questions liées en quelque manière à la pensée. Augusto Del Noce est un penseur authentique, " jure pleno ". Il a démontré qu'il l'était en réfléchissant notamment sur le problème de la modernité, en en faisant même un thème central de sa spéculation.


Court bilan des Lumières   Terry J. TEKIPPE

Malgré tout ce qui peut être dit de positif sur elles, les Lumières en tant que système de pensée et de gouvernement ont leurs caractéristiques qui se sont révélées non pas tant à court terme qu'à long terme, manifestées aussi bien sur le plan de la pensée philosophique que sur celui plus concret de l'" expérience de l'histoire " : comme le roi Balthazar, elles ont été " pesées et trouvées trop légères " (Dan 5, 27). Cette légèreté peut être détaillée sous six rubriques.


Y a-t-il une doctrine politique en Europe de l'Est ?   Thomas MOLNAR

Retenons l'une des leçons de l'histoire, escamotée aujourd'hui par le coq ridicule qui croit que son cocorico fait lever le soleil : l'Occident pense que sa fermeté, celle de Washington, notamment, a fait culbuter l'empire soviétique. Non, c'est plutôt la méconnaissance de la nation et de la foi dont a fait preuve le catéchisme de Marx, mal déchiffré par Moscou. Or, l'Occident ne possède, quant à lui, aucun autre catéchisme. Lui aussi lit l'avenir selon les indications de sa propre astrologie : l'avenir sera désacralisé, dénationalisé, ou il ne sera pas. Gare à la lecture erronée de l'histoire - gare à l'impasse où l'Occident pense pouvoir mener les peuples !


La voie du pardon   Jorge VALLS

Jorge Valls incite ses compatriotes à élever leurs vues et à fonder l'avenir non sur la vengeance mais sur l'esprit d'amnistie, le pardon chrétien, conscient du péché, de la justice et de l'obligation de faire apparaître la vérité, acte de force intérieure et non de lâcheté. Il le fait dans un livre qui vient de paraître au Venezuela "Filo, contrafilo y punta" (Saeta ediciones, Caracas, 1991). Les passages suivants en sont extraits.


Passage d'un extrême à l'autre   Vladimir MAXIMOV

Le monde post-totalitaire passe d'un extrême à l'autre, et il est maintenant plus américain que les Américains eux-mêmes. Vous trouvez en effet dans les pays de l'Est des gens qui sont de véritables patriotes américains. Quant aux intellectuels, ils se nourrissent des mythes occidentaux.


Invité : Les langages des droits de l'homme   Philippe BENETON

Saint Thomas enseigne à s'élever à l'indifférence des sources et à prendre son bien — le vrai — là où il est, même dans des mains étrangères ou adverses. Les Modernes ignorent généralement saint Thomas et son conseil et tendent à disqualifier en bloc l'héritage pré-moderne. Nous qui restons fidèles à cet héritage ne devons pas faire la même chose en faisant l'inverse : disqualifier sans inventaire la modernité tout entière. Il faut tenter de distinguer le bon grain de l'ivraie. L'entreprise est sans aucun doute difficile, elle l'est encore davantage quand on passe par cette question épineuse et embrouillée qui est celle des Droits de l'homme. Il y a des versions, des langages des Droits de l'homme dont certains sont piégés. L'on s'efforcera ici de les distinguer en procédant par étapes.


Commentaires : Le culte de Dieu-femme à Notre-Dame   Claude BARTHE


Colomb n'était pas Eichmann   John NAVONE


Lectures (voir plus)...   


Débats : Existe-t-il une morale chrétienne ?   Claude BARTHE


Quel avenir pour l'œcuménisme ?   Claude BARTHE


Bibliographies (voir plus)...   

retourner à la liste des numéros

 

Retour accueil site archive - Copyright © catholica 2010