Rubriques

Numéro  25 (Avril 1991)  :  sommaire

 

Archives

Index auteurs

Liste des thèmes

Sommaire par dates

Recherche avancée

 

accueil sommaires Numéro 25


Adresse aux jeunes de France   Jorge VALLS

Combien de fois vous êtes-vous levés, vous les jeunes, en réclamant du fond de vos entrailles un destin authentique, une décision transcendante, une justification pure pour donner votre vie ? Et combien de fois, poliment, vous a-t-on fait revenir aux routines périmées, aux mensonges confortables ? Combien de fois vous a-t-on obligés, pour le meilleur et pour le pire, à vous rallier de nouveau au système et à continuer à moudre ce dont vous ne recevez jamais le produit ?


La tentation bourgeoise   Bernard DUMONT

Le " printemps bourgeois " est surtout un automne de la vie intérieure, des valeurs chrétiennes ou simplement naturelles dont les vanités mondaines sont l'exacte contradiction. Dans cet abandon, les questions d'argent sont essentielles : " Le modèle bourgeois français est de niveau élevé. Le désir de s'en rapprocher anticipe souvent sur la possibilité réelle d'y parvenir. Pour forcer le destin, la tentation est grande de se débarrasser de tout ce qui freine, de lâcher du lest. Ce lest, ce sont les enfants, le conjoint, les parents âgés ou handicapés, le bénévolat et la solidarité en France et vis-à-vis du monde, etc. " (J.-F. de Vulpillières). La recherche de soi est difficilement compatible avec le don de soi et l'esprit de sacrifice.


Le libéralisme philosophique, cause éloignée de dissentiment   Michel SCHOOYANS

Le libéralisme dont il sera ici question ne renvoie pas simplement à un système économique ou à quelque régime politique. En effet, antérieurement à ses concrétisations sur les plans économique et politique, le libéralisme est avant tout un état d'esprit, lui-même issu d'une anthropologie. Cet état d'esprit se caractérise par un ensemble de présupposés sur l'homme, la société et le monde. Quant à l'anthropologie, elle incline à faire de la liberté individuelle le tout de l'homme.


Entretiens : Les médias dans la guerre   J. CHESNEAUX & J.-M. DOMENACH & Paul YONNET

Dès le début de la crise irakienne, tout le monde savait que les médias étaient appelés à jouer un rôle de premier plan. Mais à l'heure des bilans, on s'aperçoit qu'en fait d'histoire en temps réel et d'objectivité parfaite, leur intervention s'est prêtée à toutes sortes de manipulations. Les questions que nous avons posées à Jean Chesneaux et Jean-Marie Domenach, puis à Paul Yonnet, concernent deux aspects de ce jeu assez pervers.


Etats-Unis : une philosophie bien domestiquée   Thomas MOLNAR

Les Américains n'ont pas la tête philosophique. Le centre de gravité de ce pays l'incline toujours vers les affaires et les savoirs auxiliaires de celles-ci : publicité, technologie, initiatives d'amélioration des conditions de la vie matérielle. Toutefois, par une espèce de mimétisme, les Américains se sont mis, dès le début, à créer des institutions culturelles : théâtres, universités, conservatoires, musées, mouvements artistiques, académies.


Les bons et le méchant   John NAVONE (s.j.)

L'esprit du mélodrame se développe là où la rationalité est délaissée au profit de la violence. La revanche et la guerre sont ses terrains élémentaires. Aussi longtemps que nous pourrons distinguer le mal chez d'autres individus, groupes ou institutions, nous pourrons trouver des raisons pour une action mélodramatique tant dans la vie que sur scène. Ce n'est que lorsque nous prenons conscience du mal qui émane de nous-mêmes ou de notre groupe ou de nos institutions que nous basculons dans le tragique.


La politique de Freud   Danilo CASTELLANO

Il est peut-être difficile d'affirmer que l'un des buts principaux de Freud ait été de miner radicalement les fondements mêmes de la vie en société. Pourtant une chose est certaine : comme l'a notamment observé Hayek, il a " ouvert la voie à la plus mortelle des attaques contre les fondements de toute civilisation ".


Commentaires : Les sœurs ennemies   Claude BARTHE

Epilogue d'une longue affaire qui dure depuis la fin du Concile : le Vatican a approuvé le 14 décembre 1990 les constitutions présentées par un groupe de monastères de carmélites déchaussées.


Relecture : Les idées du cardinal Ratzinger en matière de liturgie   Claude BARTHE

Evénement discret, mais digne d'être remarqué : la préface écrite par le cardinal Ratzinger pour la réédition d'un missel des fidèles antérieur à la réforme de Paul VI. Certains verront une pointe d'humour dans le fait que l'autorité de Paul VI est invoquée pour souligner la richesse du missel qu'il a réformé de fond en comble. Quelles sont donc les idées de Joseph Ratzinger en matière de liturgie ?


Bibliographies (voir plus)...   


Lectures (voir plus)...   

retourner à la liste des numéros

 

Retour accueil site archive - Copyright © catholica 2010