Rubriques

Numéro  24 (Février 1991)  :  sommaire

 

Archives

Index auteurs

Liste des thèmes

Sommaire par dates

Recherche avancée

 

accueil sommaires Numéro 24


L'utopie occidentale   Bernard DUMONT

L'occidentalisation du monde n'est pas un fait acquis. Par un glissement fréquent, ce que l'on présente comme l'état de droit par excellence, et qui s'incarne aujourd'hui comme à l'origine dans l'Organisation des Nations unies et son bras séculier américain, est loin de s'identifier avec l'ensemble des peuples de la planète. La coalition du droit cache, sous une image apparente d'unanimité, une union temporaire d'intérêts, un jeu d'alliances mutables et souvent contre-nature, comme par exemple celle qui a permis à la Syrie de se trouver dans le camp des amis d'Israël.


Le dialogue interreligieux et la fin de la religion   Claude BARTHE

On aurait tort de croire que la doctrine du dialogue se limite à une reconstruction interne à la théologie chrétienne. Comme le sophisme affirmant qu'il est impossible de connaître la vérité prétend en cela même atteindre une vérité, la proposition missiologique relativiste se donne, sous un autre rapport, pour absolue. Le christianisme revu par cette théologie des religions reste d'une certaine manière conquérant, en ce qu'il prétend donner aux autres religions la clé véritable de leurs systèmes de croyances.


Entretien : Contrainte sociale et valeurs communes   Denis STOCLET

Vue sous l'angle du " sociologique pur ", une analyse des comportements actuels, qui pour être souvent laxistes n'en obéissent pas moins à de sévères normes. Denis Stoclet, dirigeant d'une entreprise commerciale, a participé à l'élaboration de l'étude collective "La société française en tendances" (PUF, 1990).


Introduction à la philosophie d'Augusto del Noce   Danilo CASTELLANO


L'arbre et ses fruits   Thomas MOLNAR

Thomas Molnar vient de faire paraître aux Etats-Unis The Church, Pilgrim of Centuries — L'Eglise, pèlerin des siècles — (Eerdmans, décembre 1990). Il s'agit d'un bilan de grande ampleur sur l'ouverture au monde telle qu'elle a été pratiquée pendant la première décennie conciliaire, et ce qu'il en reste aujourd'hui. Ceux qui ont lancé le mouvement sont partis de la hantise de manquer une nouvelle fois le rendez-vous de l'Eglise avec l'histoire, la hantise de perdre la société technologique avancée, démocratique et pluraliste, comme on avait perdu la classe ouvrière au siècle précédent. Ils ont voulu l'amadouer, pour l'amadouer, lui plaire, et pour lui plaire, jouer son jeu sur tous les plans. Le calcul était, somme toute, " humain, trop humain ", comme le montre aujourd'hui le bilan. Les extraits suivants donneront un aperçu de ce livre dont la traduction française complète est vivement souhaitable


Est-ce que tous les hommes sont des personnes ?   Robert SPAEMANN

Le philosophe Emmanuel Levinas parle dans son œuvre de l'infini qui se présente à nous sous le visage d'autrui. Cet infini signifie pour lui quelque chose d'incommensurable qui ne peut se comprendre comme objet et qui se définit par un nombre infini de prédicats. Le regard d'un homme — qu'il soit amical, inamical ou indifférent — ne peut jamais être réduit à l'état d'objet.


Je ne suis pas né en France mais je me sens plus français que les Français   Sor SISAVONG


Ce qui est mort dans le cœur de l'homme   Jorge VALLS

Ce qui est mort dans le cœur de l'homme, ce qui a produit la frustration décisive, ce qui n'a plus représenté vérité et justice, ce n'est pas le totalitarisme socialiste ou l'économie socialiste, mais bien plutôt leurs causes antérieures, agissant sur la fin première recherchée à travers elles : la démocratie et le capitalisme. La machine sociale a remplacé l'homme, et l'individu a été plongé dans cet isolement où il est seul en compétition contre tous.


Commentaire : L'éloge du cardinal Ottaviani par le cardinal Ratzinger   Claude BARTHE

Le 11 décembre, au Vatican, a eu lieu la célébration de la mémoire du cardinal Alfredo Ottaviani, à l'occasion du centenaire de sa naissance. Après les discours de circonstance de Mgr Bovone, le cardinal Ratzinger a prononcé un étonnant éloge de son prédécesseur. Rappelons qu'Alfredo Ottaviani, le préfet du Saint-Office qui avait préparé sans succès un concile dans la ligne de Trente et de Vatican I, était le " prophète de malheur " vers lequel tous les regards se tournaient à la dérobée.


Relecture : C.S. Lewis : L'abolition de l'Homme   Alexis CAMPO


Lectures : Dictionnaire encyclopédique du christianisme ancien (DECA), Cerf, septembre 1990   Claude BARTHE


Bibliographies (voir plus)...   

retourner à la liste des numéros

 

Retour accueil site archive - Copyright © catholica 2010