Rubriques

Numéro  21 (Septembre 1990)  :  sommaire

 

Archives

Index auteurs

Liste des thèmes

Sommaire par dates

Recherche avancée

 

accueil sommaires Numéro 21


Une lettre   Jorge VALLS

Chers amis, rien n'est plus lamentable que la frivolité et même l'immoralité avec lesquelles le monde dit occidental — particulièrement cette partie de l'Occident dans laquelle je vis — a réagi aux changements produits par la perestroïka …


Plaidoyer pour le sacré   Claude BARTHE

Messe sécularisée (Giovanni Testori), " liturgie réduite aux gestes de la vie ordinaire " (cardinal Ratzinger), réforme menée " à la manière de la révolution culturelle de Mao " (cardinal Lustiger), " perte du silence et de l'adoration " (cardinal Siri), disproportion " caricaturale " entre parole et eucharistie (cardinal Garrone), " bavardage continuel " (cardinal Mayer), etc. La litanie des constats amers pourrait être longtemps poursuivie. Constats impuissants, d'ailleurs : c'est aussi, et c'est peut-être d'abord cela la crise.


Entretien : Universalisme chrétien ou minima moralia   Pr Robert SPAEMANN

Aussi prospère qu'il soit matériellement, le catholicisme allemand n'est pas en meilleure posture que celui des autres pays européens, au contraire. Toutefois, la modernité elle aussi est en difficulté. Peut-on fonder quelque espoir de voir s'enrayer le phénomène de dilution du christianisme grâce à cette crise interne ? Robert Spaemann, professeur de philosophie à l'Université de Munich, est plus que dubitatif. Il a organisé en octobre 1985 avec Peter Koslowski et Reinhard Löw un colloque sur le thème : " Moderne oder Postmoderne ? ". Nous vivons une période de transition : la croyance en un progrès perpétuel se lézarde, mais en même temps les traits fondamentaux de la modernité s'accusent, spécialement cette élaboration d'un nouvel universalisme établi sur une base naturaliste. D'où la recherche de valeurs communes consensuellement acceptées à la place de l'universalisme catholique éradiqué. On va aujourd'hui " vers une éthique universelle abstraite, dont le cœur est la capacité à discuter, l'aptitude au compromis, la capacité à rechercher le consensus et la tolérance "


J'étais en paix avec ma conscience   Maria KAPLANOVA

Maria et Georges Kaplan, à Prague, ont fait partie des opposants catholiques qui constituaient une espèce de cercle externe autour des signataires de la Charte 77. Leur vie quotidienne était rythmée par la persécution de la police, de l'administration, mais également, et d'une certaine manière plus cruellement, par la pression des " amis ", l'incompréhension de l'entourage, les questions insidieuses des voisins. Maria Kaplanova ne regrette rien aujourd'hui de cette vie délibérement sacrifiée, scandale pour les uns, et folie pour les autres


La démocratie mélancolique   Thomas MOLNAR

Autour de l'ouvrage récemment paru de Pascal Bruckner, "La mélancolie démocratique".


Invité : Le progressiste que je fus, l'inquiétiste que je suis   Jean-Marie PAUPERT

Comme tous les progressistes, j'avais donc été quelqu'un de très optimiste. L'optimisme est une donnée fondamentale du progressisme. Le dogme implicite, c'est que 1990 est forcément meilleur que 1890, qui lui-même est meilleur que 1790, etc. On retrouve ici la croyance en un progrès perpétuel, celle des communistes, des socialistes, mais aussi des partis de droite qui pensent qu'aujourd'hui vaut bien mieux qu'hier. Cela me fait mal au cœur quand je pense que cette société vit sur les bases de l'avortement et de la chiennerie sexuelle la plus absolue et la plus banalisée.


Mouvements philosophiques : Leszek Kolakowski et Manfred Frank   Bernard DUMONT


Retour du religieux : L'attrait du syncrétisme   Josef SUDBRACK (s.j.)

Parti des Etats-Unis où il est maintenant bien essoufflé, le mouvement pseudo-religieux du " Nouvel Age " (New Age) s'est développé en Europe du Nord avant d'atteindre aujourd'hui l'Allemagne, la Suisse, l'Autriche et à un moindre degré la France, l'Italie et l'Espagne. L'attrait incontestable qu'il exerce en particulier sur les jeunes laissés insatisfaits par un monde technicisé est devenu un sujet de préoccupation pour les pasteurs d'âmes et une source de profit non négligeable pour les éditeurs. Le R.P. Josef Südbrack, s.j., est un spécialiste incontesté de ce phénomène en Allemagne.


Morale : Autour de la question de la fin et des moyens   John FINNIS

Un congrès a eu lieu à l'Université de Louvain, du 21 au 23 mai 1990, sur le thème " Finalité et intentionnalité : doctrine thomiste et perspectives modernes ". Au cours de ce congrès, l'intervention la plus remarquable a été celle de John Finnis, professeur de droit et philosophie du droit à Oxford, membre de la Commission théologique internationale (CTI). Nous donnons ci-après un résumé de cette intervention, spécialement révisé pour nous par son auteur, sur l'objet et l'intention dans le jugement moral d'après saint Thomas d'Aquin.


Lectures (voir plus)...   


Bibliographies (voir plus)...   

retourner à la liste des numéros

 

Retour accueil site archive - Copyright © catholica 2010