Rubriques

Numéro  19 (Avril 1990)  :  sommaire

 

Archives

Index auteurs

Liste des thèmes

Sommaire par dates

Recherche avancée

 

accueil sommaires Numéro 19


Un retour équivoque   Claude BARTHE

On ne saurait se réjouir indistinctement de l'actuel " retour du religieux ", car il est porteur de beaucoup trop d'ambiguïtés et prend bien souvent l'aspect d'un " marché commun de l'expérience religieuse " (Julien Gries) : témoin la diffusion des méthodes de prières orientales chez les catholiques, ou le succès croissant du " Nouvel Age ". Loin de profiter au catholicisme, cette montée trouble et anti-dogmatique de religiosité se fait globalement à son détriment.


Questions de consensus   Bernard DUMONT

Le consensus est l'obsession du gouvernement Rocard. Mais les questions que pose ce terme dépassent considérablement l'artifice tactique : elles touchent au fondement même du ciment social. L'ancienne laïcité, qui tenait lieu de religion d'Etat, a perdu de sa netteté. Le vide est maintenant identifié comme la principale caractéristique morale de l'Occident, un produit de la technique pour la technique, de la technique pour l'argent. La crise religieuse, la crise d'identité collective, la médiocrité générale des discours politiques, la déroute de la morale et l'impuissance à trouver une éthique de remplacement sont les données obligées de tout raisonnement sur la compréhension de l'avenir. S'intéresser à la philosophie américaine du consensus ramène, de fait, à des préoccupations internes à l'Eglise, quoique non exclusivement. Les réflexions françaises sur le même terrain sont moins empreintes de religiosité, mais à les considérer de près n'en éloignent pas vraiment.


Entretien : Le meilleur des mondes, enfin ?   Jean CHESNEAUX

Dans Modernité-monde, Jean Chesneaux dénonce la télévision, le temps « surdécomposé », le culte du sport, la dématérialisation des relations, l’érosion du politique, l’encadrement social permanent, la publicité, la nouvelle culture technologique, etc. La critique, menée tambour-battant, cherche à attirer l’attention sur « le moment historique singulier » que nous traversons. Elle se complète de propositions, autour de trois pôles : renouer avec le passé pour essayer d’en tirer les leçons et privilégier le politique et la morale sur l’économique - résister et s’opposer individuellement au modèle dominant - avoir le souci d’une écologie constructive. La dernière suggestion n’a sans doute pas l’envergure des deux précédentes. Mais celles-ci justifient à nos yeux d’en savoir plus sur les intentions de l’auteur. Spécialiste de l’histoire de la Chine et du Viêt-Nam au XIXe et au XXe siècles, Jean Chesneaux est professeur émérite à l’Université de -Paris-Sorbonne.


Le postcatholicisme   Claude BARTHE

Avant de poser des questions de limites de communion, commençons par occuper le terrain , (Paul Valadier). Les théologiens les plus en vue du catholicisme appliquent désormais ce principe d'action avec une tranquille assurance. Aujourd'hui les fondements de la foi ne sont plus contestés avec bruit et scandale comme ils l'étaient dans un passé relativement récent, mais de manière banalisée. Subversion paisible de la foi, au sens où on parle de réception paisible d'une doctrine…


Histoire et Providence   Cornelio FABRO

La recherche phénoménologique semble, et même est, par nature, introductive aux constructions normatives : c'est dans le déploiement de ses fonctions que l'esprit se voit en acte et peut observer les lois de son propre mouvement. D'où le fait qu'on ne saurait ériger en principe absolu la priorité de la phénoménologie sur l'axiologie, pour la bonne raison que ce qui caractérise l'agir humain, c'est la liberté, principe intrinsèque de la détermination des formes d'action et critère permettant de juger de leur valeur. Cela implique une sorte d'intrication dialectique entre la phénoménologie et l'axiologie, les posant en mutuelle dépendance, et les portant à accepter que l'homme ne puisse se connaître lui-même indépendamment de l'agir, c'est-à-dire de la " décision " qui lui fait choisir sa fin et s'y tenir dans l'existence. Le P. Fabro, éminent spécialiste de Sören Kierkegaard, est le fondateur de l'Institut européen d'histoire de l'athéisme (Université in Urbe, Rome).


Pérennité du sentiment national   Thomas MOLNAR

Aussi loin qu'on remonte dans l'histoire on trouve les peuples et les tribus, nomades ou sédentaires, cherchant à exprimer leur identité cultuelle, linguistique, territoriale, dynastique. Le concept de nation n'est autre chose que le signalement d'une même naissance, d'abord pour l'aristocratie, concept ensuite étendu au peuple. La défense du territoire fait alors partie de ce sentiment d'identité. Sur l'avenir du concept de Nation, suivit de citations d'Ernst Kantorowicz, Pro patria mori, 1951, et d'Emile POULAT, " Religion et laïcité en Europe ", conférence au colloque entre l'URSS et le Vatican, à Klingenthal (octobre 1989).


Récit et Entretien : Voyage en Tchécoslovaquie   Alain BOURDERY & Stéphen DE PETIVILLE


Explication d'un vide   Jorge VALLS

Le problème sur lequel il faut toujours revenir est celui du vide ontologique dans notre civilisation — le matérialisme n'est en fait qu'un sous-produit. La négation de Dieu, la fuite du divin et le retournement de l'homme vers l'adoration du temporel l'ont lancé, corps et esprit, dans une perpétuelle recherche de l'apparence, à la poursuite de la dernière image sensible de Protée, laquelle devient soudain un corps solide, irréductible, et puis, tout de suite après, se transforme en néant insaisissable.


Film : La mission divine de l'Amérique   Alexis CAMPO

Les Américains ne supportent aucune approche critique de leur passé. Chaque étape de leur histoire doit exprimer quelque chose de magnifique . C'est Roland Joffé qui parle ainsi, le cinéaste qui a réalisé La Déchirure et Mission, et qui vient d'achever Les Maîtres de l'ombre (Shadow Makers) une tentative de reconstitution d'une page généralement occultée de l'histoire contemporaine.


Bibliographies (voir plus)...   

retourner à la liste des numéros

 

Retour accueil site archive - Copyright © catholica 2010