Revue de réflexion politique et religieuse.

Numéro 1

La vision conciliaire d’un monde virtuellement prêt à recevoir le message de l’Evangile est en voie d’abandon. La réalité d’une sécularisation aggravée repousse cette perspective. A sa manière le cinéaste sociologue Nanni Moretti en témoigne, avec son film La messe est finie. Dans de telles conditions, la préparation d’un catéchisme universel, remettant à l’honneur la notion de péché originel, constitue un événement à suivre.
Avec une lenteur extrême, mais bien réellement, une mutation intellectuelle se fait jour. Les uns redécouvrent le caractère anti chrétien de la Révolution française (comme l’Américain Timothy Tackett), tandis que les plus fidèles adeptes de la ligne conciliaire, tels les rédacteurs de Concilium, font paraître leur désenchantement. Dans ce contexte, et pour éviter de tomber dans la fausse alternative conservatisme ou progressisme, il est plus que jamais nécessaire de réhabiliter l’intelligence chrétienne.
L’ouverture d’esprit vaut mieux que l’esprit de parti, quelle qu’en soit la couleur.

Des intentions claires par La Rédaction

La finalité que poursuit notre revue doit apparaître clairement à ses lecteurs. Pour la préciser, il faut dire qu’elle constitue une réponse, sans doute partielle et immédiate, mais une réponse tout de même, à la situation de l’Eglise aujourd’hui. A prendre absolument, le concept même de situation de l’Eglise est impossible à appréhender. On ne […]

Rubrique(s) : Numéros antérieurs, Numéro 1

Ouverture d’esprit par Bernard Dumont

Le 11 octobre 1962, Jean XXIII prononçait le discours ouvrant les travaux de Vatican Il. Parmi les points abordés, il en est un qui a certainement engendré des conséquences assez difficiles à calculer, mais d’une indiscutable ampleur. II s’agit de l’encouragement à présenter la doctrine chrétienne d’une manière qui tienne compte des exigences de l’époque. […]

Rubrique(s) : Numéros antérieurs, Numéro 1

Une page est tournée par Claude Barthe

Tout le monde reconnaît aujourd’hui que le synode extraordinaire de 1985 marque la fin d’une période et le début d’une autre dans l’après‑Vatican II. La gauche conciliaire a été, à l’évidence, quelque peu désarmée devant cet événement. Elle s’est exagérément alarmée à propos des risques de restauration que l’Entretien sur la foi de Josef Ratzinger […]

Rubrique(s) : Numéros antérieurs, Numéro 1

Saint Thomas, le droit et la politique : entretien avec Michel Villey par La Rédaction

Ces réflexions trouvent un écho inattendu chez un auteur que connaissent les lecteurs intéressés à la philosophie du droit, le professeur Michel Villey. Dans le courant de ce mois de mars doit en effet paraître aux Presses universitaires de France un livre intitulé Questions de saint Thomas sur la Politique et le Droit. II y […]

Rubrique(s) : Numéros antérieurs, Numéro 1

Une restauration de la doctrine du péché originel ? par Claude Barthe

Le catéchisme universel demandé par le synode extraordinaire de 1985 est en préparation depuis quelques mois. Certains parlent déjà d’un nouveau Catéchisme romain, l’ouvrage de référence qui avait été demandé par le Concile de Trente à l’usage des pasteurs et des prédicateurs. Est‑ce vraiment vers la publication d’un précis de ce type que l’on s’oriente […]

Rubrique(s) : Numéros antérieurs, Numéro 1

La messa è finita par Michel Bresson

Un film italien, dû à un réalisateur peu connu, Nanni Moretti, est sorti dans les salles parisiennes au cours du mois de janvier dernier, sous le titre, transposé de l’original, La messe est finie. Ce film a obtenu une distinction importante, l’Ours d’Argent du Festival de Berlin, en 1986. Les critiques ont vu dans cette […]

Rubrique(s) : Numéros antérieurs, Numéro 1

La Révolution, l’Eglise, la France. Entretien avec Reynald Secher par Michel Bresson

A deux ans du bicentenaire de la Révolution, l’idéologie officielle impose toujours sa version déformée de la réalité historique, malgré la progressive correction des plus grossières erreurs. On le comprend aisément, l’Etat républicain a besoin du mythe pour fonder sa légitimité. Chez les historiens de métier, les positions se nuancent mais demeurent largement tributaires du même mythe. Cependant, la vérité progresse, même si ce n’est que très lentement. Les partisans éperdus de la tradition républicaine ‑ il en existe toujours surtout parmi les socialistes ou les francs-maçons ‑ font plutôt figures de marginaux. Sous l’influence de François Furet ou de Jean Tulard, entre autres, une image plus réaliste de la période a commencé d’entamer les gloires de Marianne. Toutefois les tabous demeurent. II n’est toujours pas « permis » de faire la lumière sur les crimes de la Terreur sans s’attirer les censures intellectuelles et administratives de l’institution universitaire. C’est notamment la leçon à tirer de la tentative de Reynald Secher, rejeté de la corporation pour avoir tenté de percer les ténèbres entourant les massacres de Vendée.

Rubrique(s) : Numéros antérieurs, Numéro 1

L’œcuménisme à la dérive par Claude Barthe

Un document de première importance a été publié par le Comité mixte catholique‑protestant en France, intitulé : Consensus œcuménique et différence fondamentale (La Documentation catholique, 4 janvier 1987, pp. 4D‑44). II ne parait pourtant pas avoir suscité un intérêt proportionné à son contenu. II est vrai que le mouvement œcuménique s’essouffle. Ses manifestations n’attirent plus […]

Rubrique(s) : Numéros antérieurs, Numéro 1