Revue de réflexion politique et religieuse soutenue par le Centre National du Livre (Ministère de la Culture).

Abbé Guy Pagès : Interroger l’islam. Eléments pour le dialogue islamo-chrétien

Article publié le 11 Mai 2014 | imprimer ce texte imprimer ce texte

A propos du livre de l’abbé Guy Pagès, Interroger l’islam. Eléments pour le dialogue islamo-chrétien, DMM, Poitiers, mars 2013, 320 p., 21 €.

Ce livre doit être considéré comme un manuel extrêmement utile à la (ré)formation des esprits obnubilés par la propagande (islamique et non islamique) et la veule complaisance ou l’ignorance crasse de nombreux responsables ou supposés tels dans le monde religieux catholique. C’est aussi un guide pour aider à converser avec des musulmans, lorsque les conditions permettent de s’adresser à des personnes dégagées de l’emprise et de la surveillance de leur milieu (car l’islam n’est pas une religion comme une autre, mais « un système politico-religieux totalitaire »).On ne peut que lui souhaiter la plus grande diffusion. En outre on note d’emblée que s’il est dense et précis, il est toujours exprimé en langage net, sans souci de tourner autour du pot. Ce n’est pas un ouvrage scientifique, mais une longue suite d’arguments solidement étayés, documentés ou nés de l’expérience, plus ou moins longuement développés, classés par chapitres, et numérotés, comme autant d’informations pour les uns, de réfutations et de raisonnements apologétiques pour les autres. Il est évident que l’auteur a fait là un travail considérable, et de plus extrêmement accessible grâce à son souci pédagogique. Chaque chapitre répond à une question : Avons-nous le même Dieu ? Le Coran est-il la Parole de Dieu ? Qui est Mahomet ? L’islam est-il une religion pacifique ? Les hommes sont-ils supérieurs aux femmes ? Etc. Un nombre important de passages sont consacrés au fait que le Coran mentionne souvent la personne de Jésus, révélant ainsi une origine inspirée de sources chrétiennes retravaillées ; il en montre aussi les innombrables contradictions et absurdités, et surtout le caractère fondamentalement violent. L’ouvrage s’honore d’une préface très lucide et encourageante de Mgr Bernardini, archevêque émérite de Smyrne, qui avait tenté, en 1999, d’alerter ses confrères participant au synode sur l’Europe.

-->