Revue de réflexion politique et religieuse.

Henri Desroche : Dieux d’hommes. Dictionnaire des messianismes et des millénarismes du 1er siècle à nos jours

Article publié le 6 Fév 2011 | imprimer ce texte imprimer ce texte

A propos du livre d’Henri Desroche, Dieux d’hommes. Dictionnaire des messianismes et des millénarismes du 1er siècle à nos jours, Berg international, septembre 2010, 484 p., 29 €.

Une grosse encyclopédie, rééditée et complétée depuis le décès de son auteur, disposant de plusieurs index, mais étrangement composée : à côté de perturbés mentaux rêvant de la fin du monde imminente, de fondateurs de sectes (européennes, africaines, d’origine chrétienne, musulmane, athée…) et de toutes sortes d’auteurs folkloriques sont rangés de nombreux Pères de l’Eglise, des saints plus récents tels Vincent Ferrier, Grignion de Montfort… Cet assemblage hétéroclite de notices par ailleurs rédigées avec une grande neutralité de ton, accompagnées d’indications bibliographiques intéressantes, traduit la méthode d’un sociologue rationaliste. Sa longue introduction l’illustre bien : le millénarisme et le messianisme y apparaissent comme des phénomènes classés et analysés dans la pure veine durkheimienne. On peut retirer de cet instrument de travail des informations utiles, et une distraction pour les curieux, mais le préjugé dominant l’ensemble et la systématisation de l’interprétation en limitent regrettablement l’intérêt. A noter que Desroche était étranger à la psychanalyse, mais à l’inverse, tendait objectivement vers le structuralisme. A noter aussi que dans une courte préface, Emile Poulat fournit quelques éléments biographiques sur ce dominicain en rupture devenu progressiste « marxophile » et « chrétien sans Eglise ».

-->